Passation de pouvoir - Le 21 septembre 2017 - 18:05

On ne pouvait rêver dénuement plus symbolique. Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) Champion de France en titre, vainqueur de la Douarnenez Fastnet Solo qui cède son fauteuil à son dauphin sur la course Nicolas Lunven (Generali), l’image a de la gueule. D’autant que moins de deux minutes séparent les deux compères sur la ligne d’arrivée.

Il fallait que ça se termine en apothéose. Après avoir bouffé du près pendant les trois-quarts du parcours, les solitaires de la Douarnenez Fastnet Solo ont fini par un déboulé sauvage sous spi dans la nuit de mercredi à jeudi. Cueillis par le front au large du DST d’Ouessant, il leur a fallu hisser le spinnaker dans une mer particulièrement chaotique dans une nuit noire comme un four. Tous avouent avoir serré les fesses tant les mouvements de leurs bateaux étaient incontrôlables transperçant les vagues ou rebondissant sur les crêtes au risque de tout casser. Nicolas Lunven connu pour son tempérament calme s’est trouvé à ramper à quatre pattes pour aller récupérer le sac à spi accroché dans le balcon avant pendant que le pont était noyé en permanence. A ce petit jeu, les durs au mal ont vite repris le dessus. Charlie Dalin connu pour son aisance dans la brise s’emparait de la tête de course au détriment de Nicolas Lunven et Alexis Loison (Custo Pol). Derrière eux les habitués du circuit pointaient le bout de leur étrave à l’instar de Xavier Macaire (Groupe SNEF), Anthony Marchand (Ovimpex Secours Populaire) ou Sébastien Simon (Bretagne CMB Performance).

Les nouveaux paient la note

A rebours, certains avaient plus de difficulté à négocier cette transition. Tanguy Le Turquais (Nibelis), impeccable jusque-là, reculait jusqu’en neuvième position après avoir réussi à se maintenir toute la course dans le top 5. Damien Cloarec (Saferail) aux prises avec des soucis d’énergie depuis le Fastnet payait aussi la débauche d’énergie dépensée pour se maintenir au contact des meilleurs. Il avait suffi d’une nuit de course dans des conditions scabreuses pour que les costauds reprennent le pouvoir.

La finale redistribue les cartes

Le classement de la Douarnenez Fastnet Solo opérait du même coup des bouleversements dans la hiérarchie du Championnat de France Elite de Course au Large. Si Nicolas Lunven, nanti d’une confortable avance avant l’épreuve, accédait pour la première fois au titre de Champion de France, Charlie Dalin faisait la bonne opération en détrônant Sébastien Simon de sa place de Vice-champion. Adrien Hardy (Agir Recouvrement) était par la même occasion éjecté du podium. Chez les bizuths, Julien Pulvé (Team Vendée Formation) a eu chaud puisqu’il finit à égalité de points avec Pierre Le Boucher (Ardian). Dans ce cas de figure, c’est le classement de la Solitaire du Figaro qui sert à départager les ex-aequo. Julien conserve donc son titre, mais la tension a dû être à son comble pour le jeune navigateur rochelais jusqu’au franchissement de la ligne d’arrivée.

Pour Nicolas Lunven, ce titre a une saveur particulière puisque c’était sa dernière saison sous les couleurs de son partenaire, ainsi que sur le circuit Figaro Bénéteau. Il renoue aussi avec une bonne habitude puisque 2005 et le titre de Jérémie Beyou, aucun coureur n’avait réussi à gagner dans la même année la fameuse Solitaire du Figaro et s’emparer du titre de champion. C’est ce qu’on appelle une saison pleine.

Ils ont dit :

Nicolas Lunven (Generali) :

« La remontée jusqu’au Fastnet était géniale : belles conditions, un peu de soleil, du vent pas trop faible, c’était très tactique, vraiment intéressant. Le retour était moins drôle. La nuit était vraiment noire et on n’arrivait à rien distinguer au-delà de l’étrave du bateau. En revanche, les vagues qu’on prenait dans la figure étaient bien réelles. Des deux nuits qu’on a eues pour descendre du Fastnet, la première n’était pas si difficile : le vent s’est révélé un peu moins fort que prévu, j’ai pu dormir un peu, me restaurer. En revanche, la deuxième était vraiment costaude.

Une fois que le vent a tourné, qu’on a envoyé le spi, c’était infernal. Le bateau bondissait de vague en vague dans tous les sens. Pour aller chercher le sac à spi, j’ai dû crapahuter à quatre pattes sur le pont, c’est la première fois que ça m’arrive. »

Xavier Macaire (Groupe SNEF)

« Je suis vraiment content parce que j’ai progressé constamment durant la course. J’étais plutôt mal parti et petit à petit j’ai réussi à revenir pour finir dans le top 5. En tous cas, c’était une course superbe, un peu longue avec beaucoup de près, mais c’était intéressant avec beaucoup de petits coups à jouer. »

Charlie Dalin (Skipper Macif 2017)

« Après le Fastnet, on a eu 24 heures mouvementées. Il fallait rester collé à la barre et ce n’était pas très drôle. Ensuite quand le front est arrivé, on s’est retrouvé sous spi à 12 nœuds face à la mer en pleine nuit. Avec la mer chaotique qui restait on avait le choix entre transpercer les vagues ou bien monter au-dessus d’elle et retomber lourdement derrière. On barre avec la peur de tout casser, ce n’est pas forcément très agréable. Ensuite, il a fallu négocier l’arrivée dans la baie de Douarnenez. Je voyais derrière moi Nicol (Lunven) et Alexis (Loison) qui revenaient, j’ai préféré faire un empannage pour aller les contrôler. En tous cas, Douarnenez me réussit bien. C’est bien de finir la saison sur une bonne note comme celle-là. »

Le classement général définitif de la Douarnenez Fastnet Solo 2017 est disponible sous  https://www.douarnenez-fastnet.com/classement