Ça sent l’écurie - Le 21 septembre 2017 - 09:15

Le talweg a fini par rattraper la flotte qui file maintenant grand train sous spi vers l’arrivée. En tête Charlie Dalin (Skipper Macif 2015) confirme son attrait pour Douarnenez après sa brillante victoire en 2016 sur la Douarnenez Horta Solo. La transition a été brutale pour certains et chamboulé le classement provisoire.

 

On imagine le tableau : en plein cœur de la nuit, le vent mollit brusquement devient erratique. Il faut tout de suite reprendre les réglages, être aux aguets dans l’attente de la saute au noroit qui s’annonce puissante, anticiper, être prêt à hisser le spi dans le bon timing. Une hésitation, une approximation et ce sont de précieux milles perdus face à la concurrence. La transition a été fatale aux novices du circuit Figaro Bénéteau, puisque leur premier représentant, Tanguy Le Turquais (Nibelis) est maintenant relégué à la dixième place. Il se pourrait que la flotte accélère encore dans les heures à venir. Théo Moussion (theoenfigaro) relégué à 30 milles de la tête de flotte était pointé au classement de 9 heures à 13 nœuds soit quatre nœuds plus vite que les leaders.